Actualités


Appel à contributions : « Le comparatisme à l’épreuve des référents culturels » (#22, hiver 2017)

Sous la direction de Hanen Allouch

*English follows

Depuis la naissance de la Littérature Comparée en tant que discipline au milieu du XIXe siècle, il a toujours été question de repenser ses possibles et ses limites, c’est au cœur de ce débat que nous situons notre réflexion. À ses débuts, la pratique comparatiste, principalement goethéenne, était restreinte aux grandes traditions littéraires européennes. Dans une étape suivante, Étiemble avait appelé à libérer la discipline du fardeau des nationalismes et à élargir son champ d’étude vers de nouvelles perspectives planétaires. La littérature comparée telle qu’elle est pratiquée au XXIe siècle implique une décentralisation et un déplacement entre les diverses cultures du monde qui offrent au comparatiste ses objets d’étude littéraires, filmiques, photographiques, picturaux, etc.

Dans ce numéro de Post-scriptum, nous nous intéressons aux différents référents culturels, à leur présence ou leur absence dans les œuvres, et à ce que le choix de s’y référer (ou pas) apporte à la lecture d’une production littéraire ou artistique. Certaines littératures affirment leur appartenance à une seule culture alors que d’autres se placent au carrefour des cultures comme les littératures migrantes. En effet, certaines œuvres ne font sens et ne produisent des effets esthétiques qu’à travers leur territorialisation, reterritorialisation ou déterritorialisation. Par exemple, l’œuvre de Naguib Mahfouz implique un ancrage territorial dans une Égypte des années 1930 jusqu’aux années 1990, l’œuvre de l’auteur libanais Elias Khoury appelle à la reterritorialisation par le partage d’un intertexte européen, autant que l’écriture de Gibran oblige le lecteur à une déterritorialisation nécessaire pour rejoindre l’universel de la condition humaine.

De plus, les référents culturels invitent à interroger l’acte traductif pour discuter la traduisibilité et l’intraduisibilité des œuvres marquées par leurs aires culturelles ; les confrontations des traductions aux versions originales surprennent souvent pour la surcharge sémantique ou l’ellipse de ce qui donnerait sa signification dans la logique d’une seule langue. À titre d’exemple, les francophonies comparées donnent à décrypter ce qui distinguerait en matière de référents culturels un texte francophone des Amériques d’un autre texte francophone européen ou africain.

Qu’apporte la présence ou l’absence de référents culturels localisables dans une œuvre littéraire ou artistique ? Comment ces référents participent-ils à la formation d’un imaginaire ? Les référents culturels ne sont-ils pas ce qui permet de parler aujourd’hui des francophonies comparées ou encore des littératures arabes comparées ?

Nous proposons ces quelques axes de réflexion à titre indicatif :

  • Territorialisation/déterritorialisation/reterritorialisation.
  • La traduisibilité/l’intraduisibilité des référents culturels.
  • Les référents culturels dans les francophonies comparées.
  • Littérature comparée et études culturelles, les complémentarités possibles.
  • Référents culturels et imaginaire.
  • Référents culturels et discours politique.

Les auteur-e-s doivent envoyer leur proposition de 300 mots (en français ou en anglais) au plus tard le 30 juin 2016 à l’adresse suivante : redaction@post-scriptum.org .
Les propositions feront l’objet d’une évaluation anonyme par le comité de lecture. Le document que vous nous joindrez doit contenir deux pages : sur la première page, doit figurer votre nom, votre université d’attache et le titre de votre article, et sur la seconde page, le titre de votre article ainsi que votre proposition.

Calendrier

  • 30 juin 2016 : date limite pour l’envoi des propositions d’articles.
  • 15 juillet 2016 : Décision du comité de lecture et notification des auteur-e-s.
  • 30 novembre 2016 : Soumission des articles complets par les auteur-e-s.
  • 30 janvier 2017 : Décision du comité de lecture.
  • 28 février 2017 : Remise de la version finale de l’article retravaillé en fonction des commentaires du comité de lecture.

CALL FOR PAPERS

“Comparatism confronted to Cultural Referents”

Ever since comparative literature gained momentum as a field of study in the middle of the 19th century, rethinking its possibilities and limits has always been of great importance. This particular discussion will be the main point of this journal issue. The scope of comparative studies, mostly inspired by Goethe’s views, was initially limited to the great European literary traditions. A century later, Étiemble strived to free comparatism from the burden of nationalisms and therefore, give the discipline a worldwide scope. Comparative literature as it is practiced today entails decentralisation and shuttling between the various cultures of the world and their artistic productions (literature, film, photography, fine arts, etc.).

This issue of Post-Scriptum will focus on how the presence or absence of different cultural referents in a variety of works, as well as one’s choice to refer to them or not, contribute to one’s reading of a literary or artistic production. Some literatures pledge allegiance to a single culture, whereas others, such as migrant literatures, place themselves at cultural crossroads. Some works may make sense and produce aesthetic effects only through their territorialisation, re-territorialisation or deterritorialisation. Naguib Mahfouz’s works, for instance, are rooted in Egypt as it was from the 1930’s to the 1990’s, while Lebanese writer Elias Khoury calls for a re-territorialisation mediated by a European intertextuality and Gibran’s writings induce a necessary deterritorialisation so that the reader can grasp the universal character of the human condition.

Moreover, cultural referents question the act of translation, as to how culturally-branded works can be translated or would remain untranslatable. Indeed, confronting translations to original versions often shows either semantic overload or the ellipsis of something which would give significance within one language. For example, comparing Francophone texts, we would discover if and how cultural referents in a European or African French work differ from those of a French work from the Americas.

What is the contribution of located cultural referents to a literary or artistic work ? How do these referents foster the development of collective imagination ? Are cultural referents what allows us to discuss and compare Francophone or Arab literatures between them ?
The following topics are central to the journal issue, but other angles of study are also welcome :

  • Territorialisation/deterritorialisation/re-territorialisation.
  • Translatability/untranslatability of cultural referents.
  • Cultural referents in compared Francophone literatures.
  • Comparative literature and cultural studies, their complementarity or not.
  • Cultural referents and shared imagination.
  • Cultural referents and political discourse.

The participants should send 300-word proposals (either in French or in English) by June 30th, 2016 at the latest to redaction@post-scriptum.org. Your proposal file must come in two distinct pages. The first page will include only your name, your institution and the title of your paper. The second page contains the title and the text of the proposal itself. Proposals will be subjected to blind review by the editorial committee.

Calendar


  • June 30th, 2016 : Deadline to send the proposals.
  • July 15th, 2016 : Editorial committee decision concerning the proposals. The authors will be notified.
  • November 30th, 2016 : Deadline to submit the articles.
  • January 30th, 2017 : Final decision by the editorial committee.
  • February 28th, 2017 : Deadline to submit the final versions of the articles which should be revised, if necessary, in accordance with the suggestions made by the editorial committee.